Idées sur le bonheur inspirées du Huffington Post – Partie 1 de 2

Un article populaire sur le Huffington post m’inspire ce billet.

L’article de Paula Davis-Laack, qui a écrit sur les « Dix choses que les gens heureux font différemment des autres », m’a porté à réfléchir. Quatre éléments de cet article ont particulièrement retenu mon attention : 1) Les gens heureux s’entourent d’un fort tissu social, 2) les gens heureux savent que c’est bien de faire le bien, 3) les gens heureux savent que les richesses matérielles n’occupent qu’une petite part de l’équation, 4) les gens heureux cultivent leurs émotions spirituelles.

photo (2)

Les gens heureux s’entourent d’un fort tissu social

C’est tellement simple : se sentir entouré, apprécié et lié aux gens de notre famille et à notre communauté procure un sentiment de bien-être. Il est en effet difficile d’être heureux tout seul dans son coin. Nous sommes des êtres sociaux, nous avons besoin de partager nos expériences. Faire partie d’une communauté pourrait même constituer une barrière contre la dépression, selon l’auteure de l’article : « L’Organisation mondiale de la Santé prévoit que d’ici 2020, la dépression sera la seconde cause de décès dans le monde, touchant près d’un adulte sur trois. Bien que plusieurs raisons peuvent probablement expliquer cette augmentation, l’une des plus importantes pourrait être la déconnexion des gens avec leurs familles et leurs communautés. »

C’est une analyse tout à fait vraisemblable. Il faudrait peut-être recommencer à parler à nos voisins, pour créer un sens de communauté dans chaque quartier. Qu’en pensez-vous ? Je trouve moi-même assez difficile d’entrer en relation avec mes voisins. C’est comme s’il fallait lutter contre l’ordre établi pour simplement aller cogner à la porte d’à côté. Notre société individualiste nous a conditionnés à penser que nous étions bien mieux chacun chez-soi à ne pas nous déranger mutuellement.

Nos structures sociales y sont certainement pour quelque chose. Nous sommes habitués à penser en termes de compétition et de différence. Trop souvent, nous basons notre identité sur ce qui nous différencie les uns des autres, que ce soit au niveau de la nationalité, de la race, de l’âge, du sexe ou du statut socioéconomique. Ces façons de penser nuisent à l’établissement de relations saines entre les individus, en plus de perpétuer les injustices sociales. Elles n’aident certainement pas au développement d’un tissu social solide.

Il serait plus profitable de penser en termes de réciprocité. Après tout, nous faisons tous partie de la même grande famille humaine. Pourquoi ne pas commencer par inviter nos voisins à prendre un café ? En plus, il paraît que c’est une façon d’être plus heureux.

photo (1)

Les gens heureux savent que c’est bien de faire le bien

Rendre service a bien meilleur goût. Paula Davis-Laack affirme que des « recherches ont montré un lien profond entre un comportement altruiste et le bien-être, la santé et la longévité. » Se donner l’occasion de se rendre utile aux autres est, en fait, un cadeau qu’on se fait à soi-même.

Nous pouvons tous imaginer combien misérables nous serions si nous n’avions en tête que la poursuite de nos intérêts et avantages personnels. Les mères en particulier sont bien placées pour savoir combien il est gratifiant de s’occuper d’une autre personne, en l’occurrence son enfant. Dans ce cas précis, le bonheur personnel est intimement lié au bonheur de l’autre. C’est aussi ce qu’on remarque entre les membres d’une communauté : la création d’un tissu social solide requiert un certain dévouement envers les autres. Abdu’l-Baha, dans Le secret de la civilisation divine, indique que « par les eaux réparatrices de l’intention pure et de l’effort altruiste, la terre des potentialités humaines fleurira. » Rendre service aux autres libère nos énergies spirituelles et les fait fructifier.

Ceci expliquant cela, vous avez sûrement entendu parler du buzz d’altruisme des derniers mois ? De tous ces gens qui ont payé un café à un étranger  faisant la file derrière eux ? C’est qu’en payant un café à son prochain, on récolte une petite parcelle de bonheur.

À venir :

Les gens heureux savent que les richesses matérielles n’occupent qu’une petite part de l’équation

Les gens heureux cultivent leurs émotions spirituelles

4 réactions au sujet de « Idées sur le bonheur inspirées du Huffington Post – Partie 1 de 2 »

  1. Elaheh Bos Réponse

    This is amazing and so true! I liked something that Audrey Hepburn wrote: as you grow older, you will discover that you have two hands, one for helping yourself, the other for helping others. Hopefully we don’t have to wait until we are older to realize that we are all interconnected. I can’t wait to read part two! Sorry I wrote in English, it would take me forever to make sure I spell all the words right in French…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *