L’amour à la base du changement social

« L’amour est la cause de l’existence de tout phénomène et l’absence d’amour est la cause de la désintégration et de la non-existence.[1] »

 

Comment l’amour peut-il être une source de changement social? Tout dépend de notre conception de l’amour en tant que tel, de ce que le mot pouvoir nous inspire et de notre compréhension des liens qui existent entre les dimensions matérielles et spirituelles de la vie.

Tout d’abord, je crois que l’amour est une force extraordinaire de cohésion et d’unification, tant aux niveaux matériel ou physique que spirituel ou intellectuel.

L’amour peut être défini comme la force d’attraction qui relie les éléments entre eux :

« Lorsque nous regardons l’univers, nous voyons que tous les êtres composés ou phénomènes existants sont constitués à leur origine d’éléments simples liés ensemble par une force d’attraction. Par cette force d’attraction la cohésion s’est manifestée entre les atomes de ces éléments composants. »

Cela est vrai dans le monde des minéraux, à un degré supérieur dans le monde des végétaux et ainsi de suite dans les mondes animal et humain. Les éléments physiques de nos corps matériels sont cohérents grâce à une force d’attraction, qu’il est possible de nommer amour.

Chez l’humain, la force de l’amour se manifeste aussi grâce à son intellect ou son esprit, ce que l’on peut appeler sa dimension spirituelle. Les aspects matériel et spirituel de l’existence forment un tout, qu’il n’est pas nécessaire de mettre en opposition :

« Nous trouvons en l’homme la force d’attraction parmi les éléments qui composent son corps matériel, plus l’attraction qui produit le mélange cellulaire ou pouvoir d’accroissement, plus l’attraction qui caractérise les sensibilités du règne animal, mais encore, au-delà et au-dessus de toutes ces forces inférieures, nous découvrons dans l’existence de l’homme l’attraction du cœur, les sensibilités et affinités qui lient les hommes ensemble, leur permettant de vivre et de s’associer dans l’amitié et la solidarité. »

On peut voir l’amour comme le moteur de l’unité, de la justice, de l’équité et de la réconciliation. On peut aussi voir l’amour comme la source d’un véritable pouvoir. Je ne parle évidemment pas d’un pouvoir coercitif, de contrôle ou de domination, mais plutôt d’un pouvoir d’accomplissement qui met en lumière les capacités de faire et d’accomplir, de réunir et d’apaiser.

L’amour inconditionnel de bons parents envers leurs enfants est par exemple à la base de l’accomplissement de très grandes choses. C’est ce lien indissoluble, généré par cette force qu’est l’amour, qui permet à l’enfant de se développer, de grandir et de s’épanouir sainement.

Une famille où règne l’amour est aussi en mesure d’être une source de changement positif dans son environnement immédiat (vous en connaissez tous au moins une). La force de cohésion qui relie les différents membres de cette famille, bien que de nature spirituelle, n’est pas si différente de la force de cohésion physique qui retient ensemble les nombreux éléments formant le corps humain.

Penser à l’amour au sein d’une famille nous donne une idée de ce que pourrait avoir l’air le monde si on pensait à l’amour entre les peuples en des termes plus rationnels, c’est-à-dire en considérant l’amour comme une véritable force d’unification, capable de produire des résultats tangibles tant dans les domaines matériel ou physique qu’intellectuel ou spirituel.

Aimer, et le faire de façon consciente, n’est pas une faiblesse, bien au contraire.

 

 


[1] Toutes les citations dans ce texte sont tirées du livre « Les bases de l’unité du monde », un recueil de causeries données par Abdu’l-Bahá de 1911 à 1913 lors de ses voyages en Occident.

 

3 réactions au sujet de « L’amour à la base du changement social »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *